Sacem l’humour : neuvième fournée

Ca Sème l’Humour, manifestation organisée au titre de l’action culturelle de la Sacem, permet de mettre régulièrement en valeur trois humoristes ou groupes d’humoristes émergents. La neuvième édition s’est déroulée le 27 septembre 2011, toujours au théâtre Les Trois Baudets, à Pigalle.

La marraine était cette fois Christelle Chollet, qui a confirmé que son spectacle L’Empiafée était bien terminé.

Le premier à passer sous les feux de la rampe était David Bosteli. Après quelques passages en télévision et un premier spectacle, on aurait pu s’attendre à quelqu’un de plus aguerri. Or il se contente d’être l’idiot de service de sketches essentiellement musicaux où il s’obstine (le plus souvent avec succès) à montrer qu’on peut jouer à peu près n’importe quoi avec une guitare munie de deux cordes. Mais, au final, l’argument est un peu court.

Le deuxième était double : Garnier & Sentou. Ce duo associe un grand sec (Garnier) et un petit flexible (Sentou) qui se connaissent depuis l’enfance. Ce couple improbable a une vraie expérience de la scène et cela se sent tout de suite. Meilleure découverte de la soirée, ils savent jouer avec la salle en l’impliquant pour amorcer des sketches. Ainsi, ils peuvent se reprocher l’un l’autre un ratage de gag en prenant la salle à témoin avant de corriger le problème à l’origine du ratage. Le plus bel exemple de l’harmonie entre eux est ce sketch où on assiste à une scène de drague en boite de nuit, d’abord vue en spectateurs normaux, puis du point de vue des deux cordes vocales de l’homme. Si on y retrouve quelques idées dont l’origine n’est pas sans faire penser au célèbre sketch de Roland Magdane Les Organes, vieux d’une trentaine d’années, les gags y sont particulièrement savoureux.

Enfin, le dernier de la soirée était Jérémy Ferrari. Cet ardennais revendiqué est probablement le plus expérimenté puisqu’il associe une expérience de la scène et de la télévision. Mais la provocation n’est pas nécessairement toujours drôle. Ses mimiques exagérées lassent vite. Ses provocations sont bien cadrées : on peut taper sur des Chrétiens mais peu sur les Musulmans ou les Juifs. Bref, s’amuser de textes anciens (comme la Bible) est un humour facile et forcément limité.

Comments are closed.